Interview de Calvin McDonald, PDG

de lululemonde Simon Freeman

 

À propos de lululemon

Depuis son lancement il y a 21 ans, lululemon a toujours souhaité prendre position pour encourager les gens à vivre une mode de vie actif. Présent sur le manifeste de la marque ainsi que sur les murs de son siège à Vancouver : Une dose quotidienne d’endorphine vous donne le pouvoir de prendre de meilleures décisions, d’être en paix avec vous-même et de déstresser. Les raisons qui vous poussent à courir vous sont propres. Que vous souhaitiez trouver du temps pour vous-même, battre un record personnel ou retrouver vos amis. Il existe une place pour tous les coureurs dans la philosophie de vie de lululemon, la sweatlife. La sweatlife, c’est l’appel de lululemon à être actif physiquement et mentalement.

null

Calvin McDonald, PDG

Le semi-marathon SeaWheeze de Vancouver parcourt Cornwall Avenue dans les deux sens, passant ainsi deux fois devant le siège lululemon. J’ai passé le demi-tour et je m’apprête à retourner vers le centre-ville, lorsque j’aperçois Calvin arrivant en face, de l’autre côté de la route, contrôlant l’allure d’un groupe de coureurs. Vingt-quatre heures plus tôt, je m’entretenais avec Calvin dans son bureau minimaliste et lumineux. Je me demande combien de PDG peuvent passer d’un comité de direction à un marathon juste comme ça ? Comme de nombreux Canadiens, Calvin a passé la plus grande partie de sa jeunesse à jouer au hockey. Mais pas seulement. « J’ai eu plusieurs activités secondaires : le vélo et la natation », me dit Calvin. « Et puis un jour, je me suis réveillé en me disant : “J’ai envie de tenter un triathlon.” Curieusement, les deux premiers marathons que j’ai courus faisaient partie de mes deux premiers Ironman. »

 

Après les triathlons, la passion de Calvin s’est progressivement dirigée vers la course en tant que telle. « Je me suis beaucoup concentré sur la course et j’en suis tombé amoureux » dit-il. « J’ai couru plein de marathons. J’ai fait quatre des World Marathon Majors. Il me reste encore Berlin et Tokyo. Mais j’ai fait Londres, Boston, New York et Chicago. »

 

 Quand je demande à Calvin comment il décrirait en un mot ce qu’il aime le plus dans la course, sa réponse est tout simplement brillante et à la fois nuancée : « Connexion. » Cela ne veut pas dire la même chose pour toutes les courses. « Cela dépend du jour et de la course », dit Calvin, « donc cela peut vouloir dire se connecter à soi-même, au défi, ou à des membres de sa famille ou des amis. » Calvin apprécie aussi la connexion à de nouveaux lieux par le biais de la course. « À Londres, j’adore courir à Hyde Park, » affirme-t-il. « J’y ai fait tellement de courses mémorables. »

Au travail, Calvin réfléchit beaucoup à la raison d’être de lululemon : libérer le plein potentiel qui existe en chacun d’entre nous à travers la sweatlife. « Le concept de la sweatlife inclut le yoga, l’entraînement et la course », dit Calvin. « La course représente de nombreux éléments de la sweatlife. On aborde la course par une approche équilibrée et intentionnelle. »

 

Calvin explique que lululemon entend devenir une marque proposant la course dans le cadre d’une vision plus large. « La polyvalence est une composante importante de lululemon. Courir est donc l’un des moyens à notre disposition pour aider les gens à adopter la sweatlife. »

 

Calvin a parfaitement réglé l’allure de son groupe sur la fin du semi-marathon SeaWheeze. Il se retourne pour taper dans les mains de ses partenaires de course, et je doute que beaucoup de coureurs ayant suivi Calvin aient su qui il était. Ce qu’ils savent, c’est qu’il les a aidés à vivre la sweatlife.

 

 

L’article a d’abord été publié dans le cadre d’une collaboration de lululemon avec Like the Wind https://www.likethewindmagazine.com/ @likethewindmag

Simon Freeman est l’éditeur en chef du magazine Like the Wind. Il a échangé les marathons pour le trail. Instagram : @simonbfreeman