null

Une année en objectifs avec Jules et Sarah

Une année chargée depuis l’enregistrement du podcast en janvier de la session 18 en 18 avec Jules et Sarah. Avec le lancement de Isle of Paradise, la marque d’autobronzants de Jules,’ en mars, le couple a lancé un deuxième podcast appelé Wobble, où ils reçoivent des invités pour parler du bonheur, du bien-être du corps et de l’esprit. Plus tard dans l’année, Sarah a également lancé « Celebrate Yourself », (on y reviendra), juste avant les préparations de son mariage. Nous les avons rencontrés pour en savoir plus sur « 18 en 18 » et leur année, de l’importance d’être honnête avec soi-même et de l’importance de trouver “sa voie.”

null
null

2018 a été une année chargée pour vous deux. Pensez-vous que l’établissement de buts vous a aidé à réaliser beaucoup plus ?

Jules Von Hep : Absolument, surtout dans ma vie personnelle. Ma feuille d’objectifs quotidiens est sur mon réfrigérateur. Le fait de la voir tous les jours me motive constamment.

Sarah Powell : J’ai’ beaucoup apprécié le fait que cela m’aide à mieux me concentrer.’ C’est’ étonnant comme l’acte de s’asseoir et de réfléchir à ses objectifs vous pousse à identifier ce que vous est important, par rapport à ce qu’on pense être importants.’

 

La première fois que vous vous fixez des objectifs peut être intimidant. Étiez-vous nerveux avant de le faire ?

SP : Et comment ! C’est’ effrayant de s’ouvrir à soi-même et d’aller au fond de ce que vous voulez vraiment. Avec le recul, j’ai réalisé qu’il y a une grande différence entre les choses que je voulais vraiment et les choses que j’ai juste pensé que je voulais à l’époque.’

 

 

“Le fait de le mettre sur papier’

noir sur blanc

le transforme d’une pensée à une réalité.”

Sarah Powell

 

 

Pensez-vous que le fait de réfléchir à vos objectifs a contribué à vous mettre sur le bon chemin ?

SP : Absolument, oui. Il mobilise l’esprit et vous motive à voir les changements que vous souhaitez apporter. JVH.

JVH : Précisément. Au début, c’est tout un tas de choses que vous voulez faire et quand vous les voyez là en face de vous, elles représentent tellement plus.’

SP : Il’ se passe quelque chose lorsque vous l’écrivez noir sur blanc qui le transforme d’une pensée à une réalité.

null
null

’Y a-t-il des objectifs que vous avez atteints cette année qui vous ont surpris ?

JVH : Eh bien, toi [Sarah], se fiancer et se marier en un an ? Quoi ?!

SP : Oui, je sais ! Quand j’ai fixé mes objectifs, ils représentaient des choses que je voulais vraiment et je me suis sentie courageuse en les écrivant ici. Nous avons enregistré le « 18 en 18 » podcast le 3 janvier, sommes partis en vacances quelques jours plus tard, et c’est là que John m’a demandé en mariage.’ Un de mes objectifs était de devenir célébrante et de marier moi-même un couple, ce que j’ai fait…’ [compte]… cinq fois.

JVH : Incroyable ! SP : Oui, je sais ! Cinq mariages ! Je suis célébrante ! ’

Félicitations ! Ça doit être super.

SP : Ça l’est vraiment.— C’est’ inconcevable. Surmonter mon anxiété était un autre de mes grands objectifs, mais je me suis rendu compte que l’on ne conquiert pas vraiment l’anxiété, on apprend à la gérer.’’ J’étais souvent très anxieuse lorsque nous avons enregistré le podcast sur les objectifs, mais j’espère que j’ai été assez courageuse pour dire que je voulais juste trouver ce qui ’“me plaisait”—. Vous voyez ce que je veux dire ? Juste trouver mon but dans la vie. Mais maintenant que je l’ai trouvé… J’ai géré mes revenus, mon temps et mon anxiété en trouvant ce qui est fait pour moi.’’

Et quelle est votre “mission de vie” ?

SP : C’est de se célébrer. Cela a à voir avec mon travail de célébrante de mariage, des cérémonies personnalisées, et j’ai’ même mis au point un outil de développement personnel et de bien-être appelé « S’auto-célébrer ». Mon objectif est que chacun réussisse à célébrer exactement qui il est.

C’est’ incroyable. Pensez-vous que définir vos objectifs en début d’année vous a aidé à le définir ?

SP : Tout à fait. L’établissement de buts m’a aidée à me concentrer sur ce que je voulais vraiment et sur ce qui était vraiment important pour moi. C’était tout un processus de parvenir où j’en suis, et l’établissement de buts m’a aidé considérablement à faire tout ce chemin. Quelle a été la réaction des auditeurs après avoir écouté le podcast sur les objectifs ?

 

 

“Formuler ses phrases avec “Je peux” et “Je vais” a un impact si différent

de “Je veux”.

Tout le sens change.”

Jules Von Hep

 

 

JVH : Ils ont adoré. Je pense que l’on a été si ouverts sur le podcast, et comme nous avons partagé nos objectifs sur les réseaux sociaux, les auditeurs ont vraiment réagi et se sont impliqués.

SP : De nombreuses personnes ont indiqué “écrire à Jules et Sarah” sur leurs feuilles d’objectifs, nous avons donc reçu de nombreuses lettres disant que c’était un de leur « 18 en 18 » de nous écrire.’

’Avez-vous été aux prises avec certains objectifs au cours de l’année ?

JVH : Oui, faire du yoga trois fois par semaine. C’est’ un obstacle récurrent pour moi de faire du yoga régulièrement, c’est quelque chose que je veux faire mais je n’y parviens pas vraiment.’ Rétrospectivement, je me rends compte qu’il est nécessaire de prendre du temps pour soi.’ Cet objectif est toujours coriace.

C’est peut-être un signe que votre objectif de faire du yoga est trop élevé et que vous devez le diviser en plusieurs sections pour le rendre plus gérable.’

JVH : C’est possible, car j’ai littéralement tout essayé pour que ça fonctionne.’ J’ai voyagé avec mon tapis et ai suivi des cours en ligne, mais j’ai besoin d’être dans un cours pour sentir cette connexion.’ Mais… c’est étrange, il y a un blocage mental qui m’empêche d’aller en cours.’’

SP : Parfois, les choses prennent des proportions excessives lorsqu’elles sont pensées. Aller en cours est tellement significatif, car vous l’avez désiré pendant si longtemps, que c’est comme si dans votre tête vous n’étiez pas vraiment prêt.’’’ Dans la même veine, pour moi, ça a été la méditation.’ Je sais combien il est bénéfique de méditer et à quel point je me sens mieux, et pourtant, je ne le fais pas.’ C’est tellement délicat à vivre quand il y a des choses que vous voulez faire, mais que vous n’y arrivez pas.’’’ “Méditer tous les jours ”était un objectif trop général pour moi. Maintenant que j’en ai conscience, je peux me demander à quoi ressemblerait cet objectif et comment je me sentirais en le faisant.’’ C’est comme développer l’objectif principal et le diviser en deux ou trois petits objectifs’

null
null

L’utilisation du langage positif et d’affirmation autour de l’établissement d’objectifs vous a-t-elle changé la façon dont vous vous parlez ?

JVH : Utiliser “Je peux” et “Je vais” m’ont considérablement inspiré à expliquer aux autres comment atteindre leurs objectifs. Je conseille toujours d’écouter ce podcast [18 en 18], car il est éminemment puissant.’ Utiliser “Je peux” et “Je vais” a un effet totalement différent que “Je veux.” Elles changent totalement le sens.

Vous sentez-vous plus positive et plus en puissance après avoir établi vos objectifs ?

SP : Complètement. Cette technique vous place dans une situation de contrôle. Vous n’attendez pas que quelqu’un apparaisse comme par magie et réalise le changement à votre place.’ Vous avez les moyens de le faire vous-même.’ Vous vous êtes concentré sur vos objectifs, vous vous êtes engagé, les avez écrits, avez réfléchi et pensé’’“que puis-je faire pour faire avancer cette situation ?” 

JVH : Il s’agit de s’améliorer.’ L’un de mes plus grands objectifs était d’organiser un échange sur la motivation, ce que j’ai fait sur le podcast d’Emma Guns et [je] me suis beaucoup ouvert sur mon passé.’ Cet objectif m’a encouragé à m’ouvrir à l’autre sur différents réseaux, car les réactions obtenues ont été incroyables et m’ont incité à poursuivre. Donc, les objectifs en eux-mêmes vous donnent de la force, mais certains objectifs vous mèneront encore plus loin et vous donnerons encore plus de moyens d’action que ce que vous pouviez imaginer.’

 

 

“Les objectifs en eux-mêmes vous donnent de la force, mais  ’certains d’entre eux

vous mèneront encore plus loin et vous donnerons encore plus de moyens d’action que

ce que vous pouviez imaginer”

Jules Von Hep

 

 

Avez-vous adopté de nouveaux  comportements depuis que vous avez établi vos objectifs ?

JVH : Depuis, je fixe mes intentions pour le mois à venir ; la portée est donc bien plus grande qu’établir un objectif. C’est ma façon de voir où j’en suis et de savoir ce dont j’ai besoin.’’ J’écris cinq choses que je veux faire tous les mois, puis je les partage en ligne, ce qui m’aide vraiment à maintenir le cap, car on me demande régulièrement où j’en suis.

SP : C’est une bonne façon de scinder l’année.’ Avoir une sorte de consultation avec soi-même tous les mois est une bonne façon de rester sur sa lancée et ne pas laisser le temps s’échapper.

Qu’avez-vous à dire sur le “pourquoi” ? Vous interrogez-vous maintenant avant d’établir un objectif ?

JVH : Je me connecte à ce que je ressens lorsque je sais que quelque chose est vraiment important pour moi.’ Il y a tout un processus de justification pour s’assurer que l’anxiété ne prédomine pas et que l’on est animé par l’amour de soi.’’’

SP : Je prends un peu de temps pour m’assurer que c’est vraiment ce que je veux. Cette impulsion pour vérifier que j’ai un objectif solide et une raison motivée.

Que voulez-vous pour 2019 ?

JVH : J’aimerais partir de Londres.’ Mon objectif était de passer du temps à la campagne, ce que j’ai fait de nombreuses fois, et ces expériences m’ont confirmé que je ne veux plus vivre en ville.’’

SP : Cette année, j’ai commencé mon activité et je veux la faire croître l’année prochaine.’ Je veux vraiment être occupée dans ma vie.’ J’adorerais vivre de ma propre entreprise, de ce qui me passionne.’